Interdiction des grenades offensives

Voilà ce que l’on pouvait lire dans l’Obs du 1er novembre 2014 :

La manifestation contre les violences policières organisée samedi à Nantes, à la mémoire de Rémi Fraisse a dégénéré, se soldant par au moins 5 blessés chez les manifestants, dont un avec le nez fracturé, et deux parmi les policiers, l’un touché par une bouteille d’acide.

Et bien maintenant, avec l’annonce du Ministre de l’Intérieur d’interdire les grenades offensives, lorsque les gendarmes se feront attaquer à l’acide ils devront se laisser faire, ou rebrousser chemin, au choix de Monsieur Cazeneuve….

Nous sommes dans l’illogisme le plus parfait.

Car de deux choses l’une, ou l’ordre de lancer des grenades (un gendarme ne pouvant agir sans ordre) était illégitime et dans ce cas c’est l’autorité ayant donné l’ordre qu’il convient de sanctionner, ou l’ordre était légitime et dans ce cas, malgré la gravité du drame de la mort d’un jeune infiniment regrettable, on ne peut mettre en cause l’intervention des gendarmes et encore moins leur retirer des moyens de défense ! C’est le monde à l’envers …

C’est une fois de plus, une décision contraire aux aspirations de la population.

 

 

Béatrice ROULLAUD
Conseiller municipal Front national de la ville de Meaux