Communiqué d’Aymeric Durox, SD du Collectif Racine 77 : Les écoles communautaires en dehors de la République.

Communiqué d’Aymeric Durox, SD du Collectif Racine 77 : Les écoles communautaires en dehors de la République.

Mercredi 8 juin eut lieu la signature d’une promesse d’achat actant l’acquisition d’un terrain, situé face à la mosquée de Savigny-le-Temple (77), entre l’ACMSLT ( Association culturelle musulmane de Savigny-le-Temple gérant ladite mosquée) et l’EPA de Sénart (Etablissement public d’aménagement). Ce terrain, cédé pour la bagatelle de 156 000 euros à l’ACMSLT, a pour vocation d’accueillir à terme une école musulmane de trois classes. L’affaire s’est conclue dans une indifférence générale au sein de notre République laïque.

Aussi, il nous semble légitime de nous interroger sur certains points qui paraissent essentiels.
Tout d’abord la question des fonds : qui finance l’achat du terrain et la future école ? S’agit-il seulement des dons des fidèles?
N’y a -t-il pas eu un contournement de la loi de 1905, comme souvent dans ce genre d’affaires, par une vente à prix réduit du terrain (50E le m² contre 350 en moyenne dans le secteur), ce qui est une forme de subvention illégale, dans le seul but de favoriser un clientélisme délétère ?
Par ailleurs, quels enseignements y seront dispensés? Par qui? Les intervenants auront-ils les diplômes requis et reconnus par l’État? Il nous semble que l’on peut légitimement s’en inquiéter, car en faisant quelques recherches élémentaires, l’on peut se rendre aisément compte que l’ACMSLT, responsable de la future école, invite régulièrement des conférenciers qui tiennent en ses murs des propos pour le moins douteux, voire tombant sous le coup de la loi : ainsi le très controversé Hani Ramadan, frère du célèbre Tariq Ramadan, prêche ouvertement pour l’établissement d’un Etat islamique et la soumission de tous les musulmans à la charia. D’autres comme l’Égyptien Mahmoud Al-Masri ou Hassan Iquioussen ont des propos antisémites et promeuvent un islam radical. D’autres encore, à l’instar de Mohamed Ahsaini y développent une vision de la femme pour le moins rétrograde. A priori, ces derniers préceptes sont appliqués car sur les images que l’on peut trouver sur le site de l’ACMSLT, les filles sont séparées des garçons et sont presque toutes vêtues d’un large voile recouvrant également les épaules, et ce dès l’âge de dix ans.
Enfin il est permis de de se demander si cette école acceptera des enfants non musulmans.
Finalement, quel est le but d’un tel établissement ?

Il nous paraît en définitive que l’ouverture de ce genre d’école confessionnelle dans un contexte de fragmentation de la société française n’est pas faite pour arranger la situation. Elle est au contraire le signe d’une communautarisation croissante qui favorise le repli sur soi, le rejet de l’autre et in fine du modèle républicain assimilateur.
C’est à l’école républicaine d’instruire tous les enfants de la République, quels qu’ils soient, d’où qu’ils viennent et quelles que soient leurs croyances. Cette instruction est le gage de leur émancipation et de leur apprentissage de la vie en société, au sein de la communauté nationale, et non pas en dehors.
Si demain, ce genre d’écoles foisonne sur notre territoire, alors la République aura échoué.
La France apaisée que nous appelons de nos vœux ne se fera qu’ensemble, au gré de ce « plébiscite de tous les jours » que décrivait Renan il y a déjà plus de 130 ans.

Aymeric Durox,

Secrétaire départemental du Collectif Racine 77,
Coordinateur en IDF.