Lettre ouverte au maire de Meaux et aux élus de la CPAM en réaction à l’article du Parisien du 14 septembre 2016

Mercredi dernier, 14 septembre 2016, le Parisien titrait : « Meaux : Vingt prévenus au cœur d’un vaste trafic de stupéfiants ».  Beau titre pour le Maire de cette ville qui se veut le champion de la sécurité.

C’est dans le quartier de BEAUVAL que le trafic se passait, la porte de l’un des appartements de la tour Anjou avait notamment été fracturée pendant que son locataire était à l’hôpital. Que de misère, et si peu de réponses politiques efficaces !

Chacun sait qu’il y a du trafic à Meaux et notamment sans ces tours comme celle d’Anjou où la descente de policiers s’est faite. Si l’on peut se féliciter de leur destruction progressive, on ne peut que s’attrister de la politique nationale, voire locale, menée pour assurer la sécurité aux Meldois.

Sans parler du volet pénal qu’il faut repenser et pour lequel le Front National prévoit des solutions rompant radicalement avec la politique pénale actuelle, c’est aussi la politique migratoire qu’il faut revoir de fond en comble.

Plusieurs jeunes prévenus ont dit à l’audience « Entre crever et trafiquer de la drogue, je trafique ». L’un d’eux sans domicile depuis l’âge de 12 ans (sic) a ajouté « Qui va me nourrir si je ne me nourris pas tout seul ? » « Tout le monde n’est pas né avec une cuillère en or dans la bouche. »

Alors Messieurs les politiques en place, que vous soyez socialiste ou Républicain, Député, Maire, Président ou Vice-Présidents de Communautés d’agglomération, posez-vous les bonnes questions.

Ne rabrouez pas la représentante du Front National dans les instances locales lorsqu’elle vous pose la question de savoir quelle commune accueillera des migrants. Ne lui rétorquez plus, comme l’a fait Monsieur Jean-Michel MORER, Maire de TRILPORT, cette réponse facile et non responsable « Ces personnes-là ont un cœur et deux bras » car, le locataire à l’hôpital qui revient dans son appartement éventré pour cause de deal, a lui aussi un cœur et deux bras !! Mais lui, qui va s’en occuper ?

De même que ce jeune dealer de 12 ans, qu’a t-on fait pour éviter qu’il ne se retrouve à la rue sans domicile ? C’est un échec cuisant des politiques nationales et locales de voir un jeune citoyen de douze ans sans domicile !

Commençons par là au lieu d’accueillir le monde entier si on n’est même pas capable de loger des jeunes 12 ans dans sa propre ville ! et investissons davantage dans l’enfance.

Messieurs les politiques LR et PS, en place depuis toujours, ouvrez les yeux ! Il est déjà tellement difficile pour chacun de nos citoyens de trouver un travail qu’il est naïf de croire que les migrants vont (tous) comme par miracle en trouver un. Et s’ils n’en trouvent pas, il se débrouilleront pas n’importe quel moyen pour survivre, comme le jeune interrogé à la barre, d’autant plus si la réponse pénale est faible.

Mais pendant ce temps, le discours commun des candidats à la « primaire » de droite, comme de gauche, continue inlassablement sur l’accueil des migrants, le maintien dans l’union Européenne (qui nous empêche toute prise de décision efficace y compris pénale) et le maintien dans l’espace Schengen.

Seul le Front National, voit clair et propose des solutions justes et adaptées, à commencer par retrouver son indépendance politique, économique, budgétaire en sortant de l’Union Européenne pour nous permettre de légiférer efficacement.

 

Béatrice ROULLAUD

Conseiller Municipal de Meaux et communautaire de la CAPM