Meaux Bleu Marine

C’est tellement plus simple en coupant la parole aux élus !!

 

Lors du précédent conseil municipal en avril dernier, le groupe Front national présentait une motion intitulée « Ma commune en soutien aux SDF ». Cette motion visait tout simplement à permettre aux sans-logis, aux SDF, d’être mis à l’abri, comme les migrants le sont. … Il n’y a en effet aucune raison à ce que les migrants soient mieux traités que nos nationaux, et mieux traités que ceux qui ont payé des impôts à notre société avant de connaître la « rue ».

 

Ce fut le silence à la fin de l’énoncé de la motion, puis Monsieur Copé releva la main le premier en disant : « je vote contre », tout le conseil municipal suivit, certains s’abstinrent, mais personne ne vota « pour » en dehors des élus du Front National.

 

Dans un souci de polémique politicienne Monsieur Bastien MARGUERITE, élu socialiste devenu « marcheur » (mais non investi par le Emmanuel Macron pour les législatives), pris le prétexte de la motion pour se montrer quasi injurieux à l’endroit de Madame ROULLAUD et attaquer le Front national.

 

Voulant alors à répondre à Monsieur MARGUERITE, le micro de Madame ROULLAUD fut coupé, la laissant sans possibilité de faire taire des contre-vérités.

 

Voilà la démocratie selon Jean-François Copé…

 

Rendons toutefois, pour ne pas lui ressembler, hommage au fait qu’il ait appelé personnellement l’élue Front national pour manifester son soutien après l’agression de Monsieur Laurent DESPRES, suppléant de Madame Béatrice ROULLAUD, sur le marché du centre-ville de Meaux le samedi 27 mai dernier. Il est en effet intolérable que Monsieur DESPRES, ait reçu un coup de poing et des menaces de mort pour « oser distribuer des tracts Front National un jour de RAMADAN … » (dixit les agresseurs).

 

Béatrice ROULLAUD

beatrice.roullaud@gmail.com (*)

TRIBUNE DU 16 JANVIER 2017 :

« Des Subventions distribuées sans compter »

 

 

Les élus Front National de Meaux vous souhaitent une excellente année 2017 ! Que celle-ci vous préserve des soucis de santé, qu’elle soit prospère et joyeuse pour chacun de vous.

 

l’année municipale commence avec le vote du budget et la pléiade de subventions distribuées sans compter par la ville de Meaux. C’est deux millions six cent mille euros qui sont proposés cette année aux associations subventionnées par la ville de Meaux !

 

Nous voterons contre car nous estimons que les Meldois, déjà si lourdement déjà imposés (augmentation de la taxe foncière et de la CFE en 2016) n’ont pas à contribuer à cette hauteur au financement des associations, surtout quand l’objet de certaines n’ont aucun lien avec Meaux, ne bénéficie pas directement à la commune ou quand le montant octroyé est, de notre point de vue, disproportionné à l’utilité que les Meldois en retirent. Nous n’aurions, nous les élus du FN, pas fait les mêmes arbitrages.

 

Ainsi si nous apprécions le talent de Fantastic Armada, nous pensons qu’un groupe de danse hip hop n’a pas à recevoir 30 000 euros par an de la poche des Meldois; alors que dans le même temps « à l’hôpital avec Maman » ne perçoit que 450 euros ! L’OCAM touche 223 631 € mais l’association France Alzheimer seulement 350 € ! Eduka Wagadou bénéficie de 8300 €, l’association relayeurs Franco Africains 5700€, Fleurs créoles 800 € et l’amicale des travailleurs antillais 11800 euros… Comment ne pas penser qu’il y a du clientélisme derrière ces dernières subventions ? Nous réclamons d’ailleurs le dossier déposé par les associations lorsqu’elles font une demande à la Mairie, que nous n’avons pas ….

 

Enfin les élus du Front National considérant qu’il n’y a pas lieu de traiter mieux les « migrants » (mis à l’abri) que les SDF, proposeront au prochain conseil municipal une motion « ma Commune en soutien aux SDF » que nous vous communiquerons sur demande et que vous retrouverez sur Facebook (FN MEAUX).

 

Béatrice ROULLAUD – 06.03.92.31.71 beatrice.roullaud@gmail.com

Roberte GASTINEAU

Bruno GIRAUD

 

 

Le mois dernier on trouvait dans les toilettes du service des urgences de Meaux un cadavre gisant sur le sol. Selon le quotidien Le Parisien du 19 octobre 2016, il s’agissait d’un sans-abri, âgé de 57 ans, qui trouvait régulièrement refuge dans ce service. « Refuge ». Cela signifie qu’à Meaux, dans notre ville, des personnes doivent se réfugier à l’hôpital pour trouver un abri, et que malgré cela, elles meurent de froid, ou de manque de soins et de nourriture.

 

En 2009, année où il avait fait si froid, votre serviteur avait écrit à Jean-François Copé pour lui faire part des difficultés des sans domicile fixe. Mais aucune solution concrète n’a été prise. Pourtant Monsieur Copé et ses amis les Républicains, comme la gauche, prônent l’accueil des migrants et leur prise en charge totale aux frais des localités qui les hébergent. Les migrants sont eux « mis à l’abri » tandis que nos pauvres et accidentés de la vie peuvent bien mourir… Le Front national réclame qu’il soit fait autant (sinon davantage) pour les SDF et pauvres de la Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux, que pour les migrants de Seine et Marne. Il s’oppose d’ailleurs à l’arrivée de ces « migrants » qui, par hypothèse ne peuvent subvenir à leurs besoins. Ce sera l’objet d’un vœu que le Front national soumettra au conseil municipal du 1er décembre.

 

Enfin, comment ne pas terminer cette tribune en dénonçant cette spectaculaire hausse de la taxe d’habitation et de la taxe foncière. Pour cette dernière c’est un bond de plus de 11% (et de 120 euros sur certains avis) par rapport à l’année précédente ! Jean François Copé ne peut plus se féliciter du fait que les impôts locaux n’augmentent pas. C’est lui, Président de la communauté d’Agglomération, et le département, qui sont à l’origine de cette hausse. La majorité « les Républicains » à peine en place au département a supprimé la gratuité des transports scolaires (*) mais a augmenté les taxes locales ! Bravo les Républicains, vous ne faites pas mieux pour le pouvoir d’achat que le parti socialiste ! Chers Meldois, pensez-y quand vous devrez mettre votre bulletin de vote dans l’urne.

 

Béatrice ROULLAUD – BRUNO GIRAUD- ROBERTE GASTINEAU

(06.03.92.31.71)

 

(*) le Parisien du 28 janvier 2016

 

 

OBJET : INSCRIPTION DE QUESTIONS
A L’ORDRE DU JOUR DU PROCHAIN CM
Meaux le mercredi 21 septembre 2016
Monsieur Le Maire,
J’ai l’honneur, au nom des élus du Front National, de vous demander de bien vouloir inscrire à
l’ordre du jour du prochain conseil municipal (celui du 22 septembre ou le suivant) les questions
qui suivent :
1) Au sujet de l’agrandissement de la mosquée quartier de la Verrière à BEAUVAL.
Le Mercredi 4 mai 2016, Le Parisien nous apprenait que le Collectif Musulman de MEAUX
aménageait une nouvelle salle de prière dans l’ancien magasin GIGASTORE, dans le
quartier de la Verrière, qui s’étendrait sur 2000 m2 et deviendrait l’une des plus grandes
du département ; en conséquence, les élus du Front National souhaiteraient vous poser les
questions suivantes :
– Comment garantir aux Meldois qu’il n’y aura pas d’Islamistes radicaux au sein de ce
complexe musulman ?
– Est-il envisagé qu’un traducteur assiste aux prêches pour rapporter d’éventuels propos
radicaux ?
– Est-ce la somme de 800 000 € que la ville aurait perçue en 2010 pour la vente du terrain?
– Le terrain n’aurait t-il pas été utile à d’autres projets ?
– Qu’en est-il des autorisations nécessaires pour ouvrir qui manquaient au mois de mai
dernier ?
– Pensez-vous enfin que la création d’une école Coranique soit utile pour les Meldois et
judicieuse dans le contexte de radicalisation que la France connaît actuellement ?
2) Au sujet de l’abattoir Halal de Meaux
Le Front National souhaitait savoir si vous êtes rendu sur place comme l’a fait Monsieur
Olivier FALORNI le 22 juin dernier ?
– Si vous avez pu constater la souffrance des bêtes ?
– Si vous comptez demander l’installation de caméras (car dans certains abattoirs les
animaux sont découpés encore vivants comme précisé dans l’extrait de la revue SPA que je
joins à mes propos) ou si vous comptez prévoir des contrôles inopinés ?
Cette tolérance coupable est d’autant plus scandaleuse que la loi française interdit
l’abattage rituel (sauf dérogations prévues par l’Union Européenne) et qu’une dîme (10 à
15 cents/Kg) serait reversée aux autorités religieuses si l’on en croit l’information sur
Internet et notamment RTL (*).
Il est vrai que la ville de Meaux s’occupe peu du sort des animaux ;
Qu’elle n’a pris aucune mesure en leur faveur (stérilisation de chats, refuges, aide aux associations
les recueillant…) alors qu’à l’inverse elle pénalise d’une amende de 68 € les déjections canines.
Que ne prenez- vous le même arrêté pour les crachas dans la rue ?
Le Front national souhaite voir changer les choses en la matière et formulera des voeux en ce sens.
Béatrice ROULLAUD

Avocate
Conseiller Municipal de la ville de Meaux
Conseiller Communautaire du Pays de Meaux
Secrétaire FRONT NATIONAL de la sixième Circonscription de Seine et Marne
Membres des Collectifs Croissance Bleu Marine (entrepreneurs) et Belaud Argos (protection animale)

 

TRIBUNE DU FRONT NATIONAL DU 20 JUILLET 2016
Les évènements du 14 juillet à Nice posent avec acuité la question de la sécurité des Français.

Tandis qu’il convient d’être plus vigilant que jamais sur la propagation de l’islamisme radical, Jean- François COPE n’a rien trouvé de mieux que d’autoriser l’agrandissement de la mosquée de Meaux sur un terrain de 2000m2 avec ouverture d’une école d’apprentissage du Coran et de la science Islamique.

Absent au dernier conseil municipal, il n’a pu répondre aux questions que le Front National souhaitait lui poser :
– Comment garantir aux Meldois qu’il n’y aura pas d’Islamistes radicaux au sein de ce complexe musulman ?
– Est-il envisagé qu’un traducteur assiste aux prêches pour rapporter d’éventuels propos radicaux ?
– Est-ce la somme de 800 000 € que la ville aurait perçu en 2010 pour la vente du terrain? N’aurait t-il pas été utile à d’autres projets ?
Le Front National souhaitait aussi interroger le Maire sur l’abattoir Halal de Meaux. S’y est –il rendu une fois ? A t-il pu constater la souffrance des bêtes ? Compte t-il demander l’installation de caméras (car dans certains abattoirs les animaux sont découpés encore vivants) ou prévoir des contrôles inopinés? Ceci est d’autant plus scandaleux que la loi française interdit l’abattage rituel (sauf derogations prévues par l’UE) et qu’une dîme (10 à 15 cents/Kg) est reversée aux autorités religieuses !
Il est vrai que M. Copé n’a cure des animaux, sa ville n’ayant pris aucune mesure en leur faveur (stérilisation de chats, refuges, aide aux associations les recueillant…) alors qu’à l’inverse il pénalise d’une amende de 68 € les déjections canines. Que ne prend-il le même arrêté pour les crachats dans la rue ?
Enfin, il est anormal que l’opposition n’ait été informée du projet de fusion des hôpitaux de Meaux Jossigny et Coulommiers auquel nous sommes a priori opposés, seulement quatre jours avant le conseil, nous obligeant ainsi à nous abstenir, par manque d’éléments suffisants pour nous prononcer contre !!